Sécurité locale: polices territoriales, polices municipales, gardes champêtres, ASVP et autres sujets
  News
 

La Gazette des Communes s'intéresse à la formation au tir des policiers municipaux
Cédric Renaud le 13/04/2008, 11 11 05 (UTC)
 Dans son édition du 14 avril 2008, la Gazette consacre une double page à la nouvelle formation au tir des policiers municipaux. Celle-ci entrera en vigueur en août, et sera dispensée par des moniteurs issus des rangs des PM. Ces derniers ont été formés pour moitié par la Police Nationale, et pour l'autre moitié par la Gendarmerie. Jusqu'à 50 cartouches par an pourront être tirées par chaque agent, dans les installations de la Police Nationale, de l'Armée, ou de la Fédération française de tir. Sur le papier tout fonctionne, reste à voir « à l'usage » comme on dit.

Une remarque et une critique sur cet article.
La remarque: il permet de découvrir le visage d'Annick Droal, chargée du projet « Sécurité » au CNFPT, pour ceux qui, comme moi, ne l'auraient pas rencontrée.
La critique: l'absence criante des gardes champêtres dans ce dispositif. Si l'article n'est pas en cause puisqu'il ne fait que refléter la dure réalité, il met cependant en lumière l'absence de formation continue obligatoire pour ces agents territoriaux, pourtant susceptibles de porter un armement de première catégorie. Les gardes champêtres restent donc livrés à eux-même pour se former au tir.
 

L'opération voisins vigilants pourrait prendre de l'ampleur
Joelle Olivero (Nice Matin) le 13/04/2008, 11 11 02 (UTC)
 Déjà opérationnelle depuis quelques mois au Haut Ribas, l'opération « voisins vigilants » pourrait bien s'étendre à d'autres quartiers de Spéracèdes.

Les habitants ont en effet participé hier à une réunion organisée par la municipalité en présence de Denis Chalumeau, au titre de la police rurale et animée par l'adjudant Pascal Cini, adjoint au commandant de la brigade de gendarmerie de Saint-Vallier accompagnée du gendarme Magalie Borrel. Rencontre d'information pour expliquer ce concept qui s'étend et a déjà largement fait preuve de son efficacité dans d'autres communes. Il s'agit de mettre en place une chaîne de surveillance, dans les quartiers les plus à risque de cambriolages de par leur éloignement notamment. L'adjudant a été clair dans ses explications. Il ne s'agit pas de milice, ni d'intervenir autrement qu'en signalant toute attitude ou présence suspecte dans un quartier, soit au référent choisi par les riverains, soit directement auprès des autorités et ce 24 h sur 24 et 7 jours sur 7, le relais nocturne étant pris par les services de gendarmerie de Nice qui peuvent à tout moment dépêcher des hommes sur place. Le simple fait de cette surveillance, affichée par des panneaux routiers pris en charge par la commune à l'entrée et à la sortie du quartier et par les panonceaux individuels devant les maisons (pris en charge, mais peu onéreux, par les propriétaires) est très dissuasif, l'expérience le prouve. Les échanges de coordonnées entre voisins et ce regard attentif à ce qui se passe sont aussi un lien social intéressant et le service rendu par les résidants à l'année qui veillent sur les résidences secondaires s'inverse en période estivale lorsqu'à leur tour, ils ferment leurs volets pour prendre des vacances. C'est du "gagnant gagnant", concluait le maire Joël Pasquelin, qui entend encourager ce type d'initiative. Même si Spéracèdes n'est pas du tout au hit-parade des cambriolages, prévenir vaut mieux que guérir et si, après réflexion, d'autres quartiers souhaitent s'organiser, les responsables sont tout prêts à les y aider.
 

Redéploiement des services publics
La Gazette des communes - n°15/2009 du 14 avril 2008 le 12/04/2008, 16 04 47 (UTC)
 Le Premier ministre a affirmé, le 7 avril lors d'un déplacement dans l'Aube, sa volonté d'un "redéploiement des services publics en milieu rural", tout en se disant opposé à un "cumul d'épreuves injuste" dans les zones fragiles. "Je veux un redéploiement des services publics en milieu rural, [car] il est temps de tirer les conséquences de la décentralisation."
 

Les premières formations de moniteurs en maniement des armes en Ile-de-France
Les Nouvelles du CNFPT - n°80 - Avril 2008 (merci à Daniel Puissant) le 11/04/2008, 10 10 19 (UTC)
 La délégation régionale Première couronne Ile-de-France accueille la première promotion de 20 agents de moniteurs municipaux en armement. La formation a débuté le 10 mars dernier au Centre national de tir de la police nationale du Fort de Montlignon (Val d'Oise).
Les stagiaires sont évalués chaque semaine tant sur des pratiques réglementaires et techniques que sur leurs compétences pédagogiques.
Le 11 avril, les futurs moniteurs/formateurs pour le CNFPT qui ont réussi l'ensemble des évaluations, se son vus remettre un certificat par l'établissement pour intervenir sur les formations préalables à l'armement et les formations continues au tir des policiers municipaux.
Rappelons que ces formations sont prévues par le décret du 3 août 2007 et confiées au CNFPT.
 

La CNLE à l'affiche
La Matinale de la Lettre du Cadre - 11/04/2008 le 11/04/2008, 05 05 18 (UTC)
 La prochaine Commission Nationale des Exécutif Locaux aura lieu le 24 avril. Cette commission, accordée par le gouvernement aux élus locaux afin de trouver un cadre de discussion sur les décisions gouvernementales impactant les collectivités, rassemble les trois grandes associations d'élus (AMF, ADF, ARF). La réunion du 24 avril, la première réelle séance de travail après une première séance d'installation, traitera principalement des questions de clarification des compétences des collectivités, et des conséquences locales de la Revue Générales des Politiques Publiques.
 

Adoption de la vidéosurveillance lors d’une réunion d'urgence à Sevran-Beaudottes (93)
La Gazette des Communes avec l'AFP - 10/04/2008 le 10/04/2008, 20 08 24 (UTC)
 Le principe d'un système de vidéosurveillance a été arrêté le 9 avril lors d'une réunion d'urgence convoquée par la préfecture de Seine-Saint-Denis sur la situation de la cité des Beaudottes à Sevran, où le bailleur a récemment retiré ses gardiens après une série d'agressions, a-t-on appris auprès des participants.
Après le départ des onze gardiens et trois employés d'Immobilière 3F (1.200 logements aux Beaudottes), il y a une semaine, une note des Renseignements généraux (RG) a décrit ce quartier HLM rénové de 10.000 habitants, classé en zone urbaine sensible, "sous la coupe réglée" d'une "minorité de délinquants" et dans une "situation explosive".
Dans cette cité connue depuis des années pour être une plaque tournante du trafic de drogue, les gardiens sont très exposés.
Le bailleur a dénombré 18 agressions physiques sur ses personnels depuis août 2006, dont un "lynchage". Il estime à "au moins 4" les appartements squattés par des dealers, qui se conduisent en maîtres dans certaines parties communes et "pourrissent la vie de toute la cité".
Outre la "vidéoprotection", qui sera étudiée en lien avec la Sécurité publique, selon la préfecture, les principaux acteurs locaux (Etat, police, bailleur, mairie) réunis le 9 avril à la sous-préfecture du Raincy ont décidé "d'un partenariat renforcé" en matière de prévention et se retrouveront deux fois par mois pour faire le point.
La lutte "déterminée" de la police contre le trafic "se poursuit" ainsi que l'"investissement" du Groupe local de traitement de la délinquance (GLTD) antidrogue opérationnel depuis septembre 2007, écrit le préfet dans un communiqué.
"La réunion a été très constructive. La reconquête de la cité est en marche", estimait le directeur-général adjoint d'I 3F, Jean-Marie André. "On reviendra quand la situation sera établie, sans doute différemment en regroupant les gardiens", a-t-il ajouté.
Comme le maire PCF Stéphane Gatignon, il insiste sur l'importance de "retisser du lien social" et s'est engagé "à remettre un boulanger" dans la cité.
"Les discussions ont été âpres mais il ressort une volonté de travailler ensemble pour avancer. Police, ville, bailleur, Etat, chacun doit faire son travail! C'est pas le moment de quitter les Beaudottes", a commenté le maire, qui réclame pour sa ville des Unités territoriales de quartier (Uteq), la nouvelle police de quartiers expérimentée à partir de la mi-avril dans 4 autres communes du 93.
Depuis le départ des gardiens, I 3F, qui maintient une permanence aux Beaudottes dans un bureau, fait appel à un prestataire pour le ménage et les poubelles.
 

<- En arrière  1 ...  101  102  103 104  105  106  107 ... 110Continuer -> 
 
  Aujourd'hui, 1 visiteursont visité ce site Tout droit réservé (c) Cédric Renaud 2008-2015  
 
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement