Sécurité locale: polices territoriales, polices municipales, gardes champêtres, ASVP et autres sujets
  News
 

Un garde champêtre témoigne de son isolement professionnel
Cédric Renaud le 23/03/2008, 17 05 20 (UTC)
 C'est dans la Gazette des Communes du 24 mars 2008 que Philippe Huguet, garde champêtre à Vauvert (Gard), donne ses impressions. Il témoigne (en tenue! :-))de son isolement gégraphique et des problèmes que cela occasionne dans son activité quotidienne. Une réalité qui touche nombre de policiers territoriaux, et plus particulièrement les gardes champêtres qui agissent essentiellement en milieu rural, donc souvent isolés. L'interview de Philippe Huguet est à lire en page 62 du magazine.
 

Outre-mer
source: La Gazette des Communes - 21/03/2008 le 22/03/2008, 08 08 41 (UTC)
 Une circulaire du 11 mars 2008 est publiée sur le site du ministère de l’Intérieur. Elle a pour objet la déclinaison ultramarine des objectifs 2008 en matière de sécurité intérieure. Les objectifs et priorités d’actions assignés dans le domaine de la sécurité à l’ensemble du territoire national par la circulaire NOR INT CO8OOO53C du 4 mars 2008 sont assignés à l’ensemble du territoire national, métropolitain et ultramarin.
Mais selon cette circulaire, «en termes de résultats chiffrés d’évolution de la délinquance, l’hétérogénéité des situations dans le domaine de la sécurité permet difficilement de fixer des données communes cohérentes à atteindre pour tout l’outre mer». D’où la nécessité «d’apporter pour les départements et collectivités d’outre mer des précisions complémentaire sur les buts qu’ils doivent se fixer».
 

Michèle Alliot-Marie annonce le renforcement de la sécurité à la Foire du Trône
source: La Gazette des Communes - 21/03/2008 le 22/03/2008, 08 08 40 (UTC)
 La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie a annoncé le 21 mars un "renforcement" de la sécurité à la Foire du Trône à Paris (XIIe), après la mort en avril 2007 d'un policier heurté par la nacelle d'une attraction foraine.
"Nous avons procédé cette année à un renforcement des caméras de sécurité, des moyens en personnel et des contrôles (techniques) des manèges", a déclaré la ministre qui a visité, sous la grêle, pendant près d'une heure le site, qui ouvre ses portes ce week-end.
Des caméras ont été installées sur les manèges, comme l'engin Maxximun où avait eu lieu la bousculade à l'origine de l'accident.
"La convention passée avec les forains au mois d'août dernier et la loi de février sur la sécurité des manèges doivent nous permettre de proposer à tous ceux qui vont venir s'amuser de le faire en toute sécurité sans que ne se renouvellent des drames semblables", a déclaré Michèle Alliot-Marie.
Le 9 avril 2007 dans la soirée, une rixe à l'entrée d'un manège à la Foire du Trône avait été provoquée par des jeunes. Des policiers s'étaient interposés. L'un d'entre eux, Reynald Caron, 31 ans, avait été tué sur le coup par la nacelle de l'attraction foraine.
Durant ses deux mois d'ouverture, la Foire du Trône reçoit trois millions de visiteurs venus pour ses 280 manèges et attractions disposés sur neuf hectares à la Pelouse de Reuilly.
 

Pierre Cohen (nouveau maire de Toulouse, ndlr) distribue les cartes
Béatrice Collin - source: 20minutes.fr - 21/03/2008 le 22/03/2008, 08 08 38 (UTC)
 Parmi les cinquante-deux élus de la nouvelle majorité municipale, vingt-six occuperont un poste d'adjoint. Désignés ce matin au cours du premier conseil municipal de l'aire Cohen, ils ont été présentés hier par le nouveau patron du Capitole. Attendue à l'Education, Nicole Belloubet (PS), l'ancienne rectrice, sera finalement à la Culture, au poste de première adjointe. « Une charge importante car nous allons devoir enrichir la candidature de Toulouse 2013, dont le dossier doit être déposé cet automne », plaide Pierre Cohen. Le vice-président de la chambre de commerce, Daniel Benyahia, ne sera pas en charge de ce secteur, mais de l'urbanisme. « Quand on réfléchit à l'urbanisme, on réfléchit aux logements, aux transports, aux commerces », explique l'intéressé.

Logiquement, et malgré les rumeurs qui l'annonçaient aux Sports, Jean-Pierre Havrin se retrouve propulsé nouvel adjoint à la Prévention et Sécurité. « Si j'avais été ailleurs, cela aurait été une trahison pour les électeurs », lâche l'ancien directeur de la police toulousaine, incarnation de la police de proximité, sacrifiée en 2003 par Nicolas Sarkozy. Ce jeune retraité veut observer le fonctionnement actuel de la police municipale avant d'en redéfinir les missions. Son arrivée a été bien accueillie. « Nous considérons cette nomination comme une marque de reconnaissance de la police municipale », ont indiqué hier les représentants de son syndicat indépendant. L'armement, la vidéo-surveillance, l'Office de la tranquillité ou le retour dans les quartiers : autant de questions sur lesquelles il devra se pencher.
 

Chambourcy : la veuve du policier (municipal, ndlr) assassiné témoigne
Christophe Cornevin - source: Lefigaro.fr - 21/03/2008 le 22/03/2008, 08 08 36 (UTC)
 Il y a un an, Christian Maréchal, 59 ans, chef de la police municipale de Chambourcy (Yvelines), était retrouvé mystérieusement poignardé à dix-huit reprises dans son pavillon.
Son épouse Édith évoque pour la première fois la tragédie. « Cette énigme criminelle sera élucidée, promet un de ses avocats, Me  Jean-Pierre Versini-Campinchi. Les policiers progressent de manière concentrique pour confondre les auteurs. » Le crime de rôdeur serait écarté au profit d'une exécution préméditée par un ou plusieurs « professionnels ».

LE FIGARO. - Un an après l'assassinat de votre mari, êtes-vous parvenue à reprendre une vie normale ?
Édith MARÉCHAL. - Très mal… Le ou les auteurs de ce crime horrible n'ont toujours pas été interpellés ou même identifiés. En dépit de longs mois d'enquête, le mobile demeure un mystère. Je me demande tous les jours qui et pourquoi, sans avoir la possibilité de me reconstruire. Du jour au lendemain, ma vie et celles des enfants sont parties en miettes après la disparition brutale de mon mari. Sa fin est tellement cruelle et abominable. Dix-huit coups de couteau…

Comment avez-vous appris cette tragédie ?
Ce soir-là, j'étais à un meeting politique se tenant dans une ville voisine et Christian devait venir me chercher. Je l'ai attendu puis, ne le voyant pas, je me suis dit qu'il devait être sur une grosse intervention. En voyant tous les engins des pompiers et du Samu autour de notre pavillon, la fonctionnaire de police que je suis en a vite déduit qu'un drame venait de se produire.

Avez-vous une idée de qui aurait pu lui en vouloir autant ?
Aucune. Il y a un contraste saisissant entre les conditions barbares de la mort de mon mari et son profil sans histoire. Christian était quelqu'un d'intègre et droit. Il rendait service à tout le monde. La police municipale qu'il dirigeait n'a, à ma connaissance, jamais commis de bavure appelant une telle vengeance. Nous étions une famille tout ce qu'il y avait de plus simple, qui avait juste réussi dans la vie.

Sachant que les criminels sont toujours dans la nature, vivez-vous dans la peur ?
Oui, dans l'angoisse car la tragédie qui nous foudroie est inexplicable. Encore aujourd'hui, je n'y crois pas. Je m'inquiète tout le temps pour ma sécurité tant que les auteurs ou leurs complices ne seront pas derrière les barreaux. Aujourd'hui, je me fais la plus petite possible en évitant de vivre dans la paranoïa. J'ai complètement changé mon mode de vie, même si notre famille n'a rien à se reprocher. Mon mari, avant de mourir, partageait cette impression. Lui non plus ne vivait pas dans la peur.

Un événement vous a scandalisée…
Oui, que l'un de mes trois fils soit la seule personne qui se retrouve actuellement devant la justice dans cette affaire : le soir du drame, tenaillé par la douleur et criant sa peine, il est parti en courant avant d'être rattrapé par un policier. Lors de son interpellation, ce dernier a chuté en se blessant un doigt. Il demande désormais 22 000 euros de dommages et intérêts…
 

Une étrange proposition de loi déposée à l'assemblée nationale vise à créer des gardes écologiques bénévoles dans les communes
Cédric Renaud le 21/03/2008, 19 07 03 (UTC)
 François Scellier, député UMP du Val d'Oise, a déposé le 29 janvier 2008 une proposition de loi visant à créer une garde écologique bénévole dans chaque commune. Cosigné par Yves Jego, tout nouveau secrétaire d'Etat à l'outre-mer, ce texte semble recueillir le soutien du groupe majoritaire dans l'hémicycle. Les motifs précédant le texte précisent notamment: "il n’existe aujourd’hui aucune disposition législative ou réglementaire permettant de reconnaître et d’encadrer l’engagement volontaire en matière écologique".
Ce texte a-t-il pour but d'offrir une alternative moins coûteuse que les policiers territoriaux aux communes? Aucune disposition ne vient préciser les véritables prérogatives et les missions de ces éventuels gardes, ni l’articulation qui devrait voir le jour avec les services de sécurité nationales et territoriales.
Les raisons ayant entraîné la rédaction d'un tel texte restent, elle aussi, obscures.
L'intégralité du texte est à lire sur http://www.assemblee-nationale.fr:80/13/propositions/pion0644.asp
 

<- En arrière  1 ...  103  104  105  106  107 108  109  110 Continuer -> 
 
  Aujourd'hui, 2 visiteursont visité ce site Tout droit réservé (c) Cédric Renaud 2008-2015  
 
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement